https://www.youtube.com/watch?v=b5YnQOHtPQU

https://www.youtube.com/watch?v=3JtvlztB6F8

L’émail est un mélange de silice et de différents composants alcalins et plombifères. Leur fusion produit une matière incolore que l’on nomme le fondant. Ce fondant est ensuite coloré avec des oxydes métalliques ( cobalt pour le bleu, cuivre pour le rouge, manganèse pour le violet, étain pour le blanc, …). Le mélange refroidi est réduit en poudre.

Les poudres sont disposées sur une plaque de métal précieux ( or, argent, cuivre ou bronze ) préalablement désoxydée. L’émail doit être posé sur les deux faces ( l’émaillage sur l’envers de la plaque est appelé contre-émaillage ) pour éviter les déformations et la corrosion.

Après la pose des émaux sur la plaque de métal, il ne reste plus qu’à enfourner le tout et le cuire entre 750° et 950° pour la vitrification dans un four approprié. Et bien entendu, il est nécessaire de recommencer cette opération pose/cuisson jusqu’à l’obtention du résultat attendu.

*** Il existe 6 grandes techniques d’émaillage ***

Le champlevé : Cette technique consiste à creuser des cavités dans le métal. Les cavités sont ensuite remplies de poudres d’émail humides et subiront diverses cuissons.

Le cloisonné : Cette technique consiste à déposer de fines cloisons de cuivre, de bronze, d’or ou d’argent selon un motif préétabli, sur une plaque de métal recouverte au préalable de fondant. La cuisson va permettre de fixer les cloisons dans le fondant ( émail incolore ). Les cavités créées par les cloisons sont ensuite remplies avec des poudres d’émail humides et la plaque est repassée au four.

Le plique à jour : Cette technique, dite aussi cloisonné à jour, diffère des précédentes par l’absence de support métallique en fond. La plaque de métal est percée de part en part et l’émail est ensuite logé dans les alvéoles ainsi créées. Le rendu est comparable à celui des vitraux.

La basse-taille : Cette technique consiste à graver selon diverses techniques des motifs sur une plaque en métal. L’utilisation d’émaux translucides permettra d’obtenir des effets de transparences et de relief. On utilise fréquemment des paillons ( petits fragments de feuilles de métaux précieux ) que l’on met en place sous les émaux translucides pour obtenir des effets de lumière et de matière.

L’émail peint : Pour cette technique, la plaque de métal est préalablement recouverte de fondant ( émail incolore ) et cuite. Elle recevra ensuite diverses couches de poudres d’émaux. De nombreuses cuissons sont nécessaires. Des couleurs vitrifiables, broyées suffisamment fines pour être maniées au pinceau, permettent de rehausser certains détails.

La grisaille : Cette technique est dérivée de l’émail peint. Elle consiste à recouvrir une plaque de cuivre d’une couche d’émail noir. Après cuisson, l’émailleur travaille avec du «blanc de Limoges». Par grattage, il est possible d’obtenir différentes nuances entre le noir et le blanc en passant par les gris pour réaliser des effets d’ombre et de lumière.

*** Et 2 techniques très très rare ***

L’émaillage en relief : Cette technique a surtout été utilisée par les ateliers Fauré sur les fameux vases Fauré.

L’émaillage sur cuivre repoussé : Méconnue des émailleurs, cette technique a été inventée par Robert Barriot. Elle consiste a repousser du cuivre sur des plaques monumentales pour que l’émail puisse tenir à la cuisson. Le résultat, ce sont des œuvres magistrales qui sont uniques en leur genre.

Et la dernière, la notre. Après plusieurs années d’expérience, nous privilégions le cloisonnage sur l’argent pur 999 pour les bijoux avec nos propres techniques et le cuivre pur pour les tableaux et objets.